favicon du site   LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : https://www.histoire-et-philatelie.fr



La Politique Française envers les Pays Vaincus  


Retour au sommaire de :

"La Politique Française envers les Pays Vaincus"






Le Conseil National Français du général de Gaulle avait formellement déclaré la guerre au Japon après Pearl Harbor.
La France Libre, puis la France Combattante, puis le CFLN, puis le Gouvernement Provisoire avaient mis à la disposition des Alliés certaines îles françaises du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna...) ainsi que le "Bâtiment de ligne Richelieu" dans la lutte contre les Japonais dans le Pacifique et dans l'Océan Indien.

Les services de renseignements français en Inde, en Indochine et en Chine continentale avaient contribué, à la hauteur de leurs faibles moyens à la collecte d'informations, surtout en Indochine, qui conduira à la défaite du Japon.
Néanmoins, cela ne suffira pas à accorder à la France une force d'occupation au Japon, qu'elle n'aurait sans doute pas pu fournir non plus, les événements d'Indochine qui viennent de commencer utilisant toutes les maigres ressources disponibles.

En dehors des "honneurs" (le général Leclerc signant l'acte de reddition à Tokyo et à Singapore), il n'y aura donc qu'une "French Mission" à Tokyo qui utilisera le système postal américain.





Drapeau USDrapeau japonais

CÉRÉMONIE DE SIGNATURE DE LA CAPITULATION JAPONAISE


Cérémonie à bord du Missouri
2 SEPTEMBRE 1945 :
Le général Douglas MacArthur reçoit la capitulation officielle du Japon à bord du cuirassé Missouri, ancré en Baie de Tokyo.
La France est représentée par le général Leclerc de Hautecloque.

Un bloc des Iles Nevis (Y&T Nevis N° XXXX) montre des photos de la cérémonie. On notera l'erreur de date 11/02/1945 au lieu de 9/02/1945 (notation américaine mois-jour-année).
Un autre bloc des îles Grenades (Y&T Grenade N° XXXX) montre le cuirassé Missouri lors de la cérémonie.

Cuirassé Missouri Baie de Tokyo


Signature de la capitulation
Timbre figurant dans un bloc de 4 sur un feuillet de la Sierra Leone pour le 60éme anniversaire de la capitulation japonaise.

Signature de la Capitulation japonaise par Leclerc
Acte de Capitulation
Le général Leclerc signant l'acte de capitulation au nom de la France.

Le Japon perd au profit des Soviétiques, les îles Kouriles, le Sud de la Sakhaline, Dairen et Port-Arthur.
Son Empereur perd ses prétentions divines et n'est que le porte-parole des ordres américains transmis par MacArthur, véritable proconsul qui contrôle les institutions et la vie politique.
La Chine recueille la capitulation japonaise à Nankin en septembre 1945 et récupère ses territoires annexés : la Mandchourie et Formose.
L'U.R.S.S. s'est introduite au Tibet, au SinKiang, et occupe une partie de la Mandchourie et la Corée jusqu'au 38ème parallèle.

De nombreux timbres et oblitérations commémorent cet événement :
    Signature capitulation du Japon
  • Un timbre de Guinée Equatoriale (Y&T Guinée Equatoriale No 325 émis se-tenant avec les 326/27) et un bloc de Nevis (Y&T Nevis No XXX voir ci-dessus) montre la cérémonie de reddition japonaise avec le général McArthur.


  • Un bloc de quatre des Iles Marshall montre en bas la cérémonie de la reddition et en haut une vue de la Baie de Tokyo le 2 septembre avec les navires participant à la cérémonie. On aperçoit dans les bordures le drapeau français mais aussi le drapeau .... du Viêt-Minh !

  • Cérémonie sur le Missouri


  • Un timbre des Maldives (Y&T Maldives N°1283) montre la cérémonie de reddition japonaise avec le général McArthur.

  • Timbre des maldives montrant la cérémonie

  • Un timbre du Tchad montre les généraux alliés participant à la cérémonie dont le général Leclerc

  • Timbre du Tchad montrant le général Leclerc participant à la cérémonie de reddition du Japon

De nombreuses oblitérations sont confectionnées à la hâte par les troupes américaines pour immortaliser le jour. On en trouvera quelques exemples ci-dessous :
  • cachet simple cercle 32mm «V-J / 2 SEPT 1945 / YOKOHAMA / JAPAN / APO 500»

  • VJ Day oblitération de Yokohama

  • oblitération «TOKYO AREA / CV-15 / SEPT 2 1945 / V-J DAY» et killer,

  • VJ Day Tokyo area

  • oblitération «US NAVY » et killer "TOKYO BAY",

  • killer TOKYO BAY

  • cachet bricolé de l'USS Lexington "USS LEXINGTON / TOKYO BAY // SEPT / 6 / 1945",

  • USS Lexington

  • oblitération mécanique flamme à droite de confection locale "OCCUPATIONAL / (texte en japonais) / FORCES // killer 5 lignes" et couronne " TOKYO / JAPAN // SEPT /2/1945" et cachet encadré 95 x 48 mm " U.S.S. ROGERS / DD 876 / OCCUPATIONAL FORCES / (dessin de navire) / TOKYO, JAPAN SEPT. 2, 1945".

USS Rogers


Dans les pays sous domination japonaise des commémorations philatéliques voient également le jour :

  • cachet simple cercle 37 mm vert à pont «INCONDITIONAL SURRENDER / POST OFFICE -MANILLA // OF / JAPAN / V J DAY» 2/9/45,

  • Série VICTORY des Philippines
    Série complète des Philippines surchargée VICTORY / COMMONWEALTH avec cachet vert à pont «INCONDITIONAL SURRENDER / POST OFFICE -MANILLA // OF / JAPAN / V J DAY» 2/9/45




    La première tâche des occupants est de désarmer le pays de sorte que "le pays ne redevienne jamais une menace pour les États-Unis ou pour la sécurité du monde". Les Ministères de l'Armée et de la Marine sont transformés en Ministères de la Démobilisation. Les usines d'armement sont fermées.

    Reddition militaire japonaise
    Un timbre extrait d'un bloc-feuillet de Grenade (Y&T Grenada BF N° XXX) montre une cérémonie de reddition des troupes japonaises.
    SEPTEMBRE 1945 :
    Le Supreme Commander for the Allied Powers (S.C.A.P.) rétablit les libertés publiques et abroge les lois répressives du régime déchu. La noblesse est abolie, le shinto n'est plus religion d'état et l'Empereur perd sa nature divine pour devenir le "symbole de l'État et de l'unité du peuple". Toutes les organisations militaristes sont interdites.
    MacArthur recommande de ne pas juger Hirohito et déclare : "On peut juger des salauds, on ne peut pas fusiller le Japon"

    9 - 13 SEPTEMBRE :
    Le général Leclerc est à Singapore, participe à la cérémonie de reddition des forces japonaises du Sud-est Asiatique devant Lord Mountbatten et reçoit, au nom de la France, une des onze copies de l'acte de reddition.

    Leclerc présent à la réddition des Japonais à Singapour
    Journal "France-Soir" du 13/9/45 rapportant la présence française lors de la cérémonie de capitulation des Japonais à Singapore.

    Hiro-Hito à côté de McArthur

    FIN SEPTEMBRE 1945 :
    Hirohito rend visite de sa propre initiative à MacArthur à l'ambassade américaine à Tokyo. La photo du petit empereur à côté du grand général sera le symbole pendant longtemps des pouvoirs respectifs de l'un et de l'autre.



    Certains territoires occupés par le Japon avaient des coupons - réponses soit spécifiques (en Corée - légende Chosen) soit généraux (légende Ensemble des autres possessions japonaises). Certains utilisaient les timbres japonais (par exemple en Corée), d'autres utilisaient des timbres spécifiques (par exemple au Mandchoukouo).

    Coupon-réponse Corée sous domination japonaise
    Coupon-réponse international type Lo 10 de 15 sen avec légende "CHOSEN" (Corée) pendant la domination japonaise.
    (Vente Caphila 2020)

    Coupon-réponse dépendances japonaises
    Coupon-réponse international type Lo14 de 35 sen avec légende bilingue"ENSEMBLE DES AUTRES / POSSESSIONS JAPONAISES"
    (Vente Caphila 2020)

    RÉTROCESSION DE L'ILE DE FORMOSE
    AU GOUVERNEMENT CHINOIS

    Dans les termes de la reddition sans condition fixés par la Déclaration de Potsdam, il est stipulé que l'île de Taïwan, sous contrôle japonais depuis 1895, sera rendue au gouvernement chinois officiel d'alors, celui de Tchang Kaï-chek.
    Les troupes japonaises à Taiwan doivent se rendre aux représentants du commandant suprême des forces alliées, Tchang Kaï-chek, selon les instructions du général Douglas MacArthur, chef du gouvernement militaire des États-Unis, dans l'ordre général n° 1, publié le 2 septembre 1945.
    Le nouveau gouverneur chinois de Taïwan (Chen Yi) proclame le 25 octobre 1945 "Jour de la Rétrocession"; c'est le jour officiel de la reddition des forces japonaises à Taïwan.

    Des timbres disponibles de l'administration japonaise sont surchargés "Province de Taiwan, République de Chine" (Y&T Formose, République chinoise de Taiwan Nos 11/17).

    Timbre japonais surchargé à Taiwan en 1945

    Surcharge Taiwan Province de Chine


    Timbres surchargés marquant la retrocession de  Formose à la Chine
    Timbres de la période japonaise surchargés : "Province de Taiwan, République de Chine"

    Ce n'est qu'en 1949, après la défaite de Tchang-Kai-Chek face à Mao-Tse-Toung, que se posera la question - non encore résolue - de l'appartenance de Taiwan à la "République Populaire de Chine" ou de sa totale indépendance vis-à-vis de celle-ci.

    Source : Wikipedia





    LE SORT DE LA CORÉE

    La Corée avait été annexée par le Japon en 1910.

    8 AOÛT 1945 :
    En application de l'accord de Yalta, l'URSS informe le Japon que l'état de guerre est proclamé entre leur deux pays.

    11 - 25 AOÛT 1945 :
    La XXVème armée soviétique pénètre en Corée jusqu'au 38ème parallèle nord.

    15 AOÛT 1945 :
    Capitulation sans condition du Japon. Les autorités japonaises demandent qu'un gouvernement soit établi en Corée pour assurer la sécurité des personnes et des biens après la fin de l'occupation japonaise.
    Sous la direction de Lyuh Woon-Hyung, le nouveau Comité pour la préparation de l'indépendance de la Corée (CPKI) organise alors des "comités populaires" dans tout le pays pour coordonner la transition vers l'indépendance.

    28 AOÛT1945 :
    Annonce par le CPKI qu'il fonctionnera en tant que gouvernement national temporaire de la Corée.

    12 SEPTEMBRE 1945 :
    Des militants du CPKI se réunissent à Séoul et créent la République Populaire de Corée (PRK).

    Dans le Sud, après l'arrivée des Américains en septembre 1945, le gouvernement militaire de l'armée américaine en Corée contrôle la péninsule au sud du 38ème parallèle. Le lieutenant-général John R. Hodge, gouverneur militaire, refuse alors de reconnaître le PRK et ses comités populaires, et l'interdit le 12 décembre 1945. Il déclarera plus tard, « l'une de nos missions était de briser ce gouvernement communiste ».
    Kim Il Sung
    Kim-Il-Sung, imposé par les soviétiques
    Dans le Nord, les Soviétiques collaborent avec les comités populaires et les réorganisent en partie sous la contrainte, ceux-ci finissent par intégrer le Comité populaire par intérim le 8 février 1946, celui-ci étant désormais dominé par des communistes.

    Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Partition_de_la_Cor%C3%A9e

    Pour le sort philatélique
    de l'ancienne province japonaise de Corée,
    voir le chapitre

    "La France et la Guerre de Corée (Préludes 1945-1950)"








    LA MANDCHOURIE PASSE DE LA DOMINATION JAPONAISE
    À LA DOMINATION COMMUNISTE

    18 SEPTEMBRE 1931 :
    « Incident de Mukden » : Destruction d'une section de voie ferrée, appartenant à la société japonaise des chemins de fer de Mandchourie du Sud. Cet attentat a été planifié par les Japonais redoutant une unification de la Chine sous l'égide du Kuomintang, perçue comme une menace contre la prééminence japonaise dans la région.
    Empereur du Mandchoukouo

    Les militaires japonais accusent les Chinois d'avoir perpétré l'attentat, donnant ainsi le prétexte à l'invasion immédiate du Sud de la Mandchourie par les troupes japonaises, et la création quelques mois plus tard de l'État fantoche du Mandchoukouo, sous l'autorité théorique de l'ex-empereur de Chine, Puyi.

    2 AVRIL 1945 :
    L'URSS abroge le Pacte de neutralité soviéto-japonais de 1941.
    Après le 8 mai 1945, des transferts importants de troupes ont lieu de l'ancien front européen vers l'Extrême-Orient.

    Paire bilingue de timbres du Mandchoukouo 1944 timbre Mandchoukouo 1945
    Dernier timbre émis par le Mandchoukouo
    Paire de timbres quasi identiques l'un en chinois, l'autre en japonais (Mandchoukouo 1944) Les deux derniers timbre émis en 1945 par l'administration japonaise (Mandchoukouo)


    Invasion de la Mandchourie par l'URSS
    Opération "Offensive stratégique en Mandchourie"
    9 AOÛT 1945 :
    L'Armée rouge pénètre en Mandchourie, ainsi qu'en Mongolie-Intérieure, où les Japonais avaient installé le gouvernement autonome du "Mengjiang", et dans la partie sud de Sakhaline.

    15 AOÛT 1945 :
    Un accord sur Port-Arthur est signé entre les nationalistes chinois et les soviétiques selon lequel ce port sera l'exclusivité des marines militaires et commerciales, soviétiques et chinoises, que les forces terrestres et aériennes soviétiques pourront également y stationner et que les Soviétiques pourront y construire des infrastructures de défense et de sécurité maritime qui reviendront à la Chine à la fin de leur mission.

    L'Empereur Hirohito annonce la capitulation inconditionnelle du Japon.

    16 AOÛT 1945 :
    Les Soviétiques réalisent à Kalgan leur jonction avec les troupes du Parti Communiste Chinois de Mao Tse Toung encerclant l'armée japonaise. Le général japonais Otozō Yamada entame des pourparlers de capitulation.

    20 AOÛT 1945 :
    Proclamation d'un cessez-le-feu.
    Le 23 août, l'armée rouge prend place à Port-Arthur, à la suite de l'accord du 15 août.

    Les anciens timbres du Mandchoukouo seront revêtus alors de différentes surcharges locales commémorant le rattachement à la Chine de la Mandchourie.

    Surchargés du mandchoukouo oblitéré Harbin 1946 surchargés du Manfchoukouo
    Différentes surcharges locales sur des timbres du Mandchoukouo (1946)
    Timbres du Mandchoukouo surchargés



    NOVEMBRE 1945 :
    La dissolution des "Zaïbatsui" (conglomérats du type Mitsui), jugés responsables de l'impérialisme nippon, est décidée. Elle commencera en 1946.

    DÉCEMBRE 1945 :
    Institution d'un Conseil Allié à Tokyo et d'une Commission d'Extrême-Orient siégeant à Washington et groupant 11 nations.
    Néanmoins l'occupation du Japon, contrairement à l'Allemagne est essentiellement américaine. Le S.C.A.P. (Supreme Commander for the Allied Powers) est le général MacArthur, véritable pro-consul qui va exercer un pouvoir quasi absolu sur le pays jusqu'en avril 1951.
    Il a été signalé des enveloppes commémoratives consacrées au général MacArthur, par exemple :
    Enveloppe à l'effigie de MacArthur, de l'APO 77 à Hokkaïdo pour les USA, avec affranchissement mixte bloc de quatre 2c US (Y&T USA N°452) et paire verticale 12s (Y&T Japon N°270), avec oblitération killer "U.S. ARMY POSTAL SERVICE / A.P.O." 22/10/45.

    Enveloppe illustrée Mac Arthur 1945 Japon

    1ER JANVIER 1946 :
    MacArthur dissout les organisations nationalistes.



    L'INDOCHINE, SEUL TERRITOIRE FRANÇAIS
    AYANT ÉTÉ OCCUPÉE PAR LE JAPON

    Elle sera occupée par la République de Chine au Nord et les troupes du Commonwealth britannique au Sud, puis progressivement reconquise par les forces françaises et noyautée par les forces communistes de Hô Chi Minh.

    Pour les événements en Indochine
    après la capitulation japonaise, voir le chapitre :

    "Le Viêt-Minh profite de la vacance du pouvoir"





    19 JANVIER 1946 :
    Arrêté créant un Service des Crimes de Guerre en Indochine. Ce service se focalisera essentiellement sur les événements du coup de force japonais du 9 mars 1945 et ses conséquences.
    Il devra le cas échéant fournir des éléments au Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient — TMIEO (similaire à celui de Nuremberg mais pour les Japonais), créé le même jour par les Alliés.

    Crimes de Guerre 1
    Crimes de Guerre 2
    Crimes de Guerre 3

    Service Crimes de Guerre de Saigon
    verso
    Lettre d'un Commandant au Service des Crimes de Guerre de Sài-Gòn 23/2/46


    Lettre pour un lieutenant au Service des crimes de guerre de Saigon
    Lettre pour un membre du Service des Crimes de Guerre à Sài-Gòn



    10 AVRIL 1946 :
    Élection d'un parlement japonais.



    OUVERTURE À TOKYO DU
    « TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL
    POUR L'EXTRÊME-ORIENT »

    Tribunal militaire international de Tokyo

    Dans les conditions de la capitulation, il était prévu un jugement des militaires et responsables gouvernementaux accusés de crimes de guerre et de "conspiration avec l'Allemagne et l'Italie".

    3 MAI 1946 :
    Comme à Nuremberg, un « Tribunal Militaire International pour l'Extrême-Orient » est créé à Tokyo. Il juge, du 3 mai 1946 au 12 novembre 1948, au Ministère de la Guerre à Tokyo, vingt-huit grands "criminels de guerre".
    Salle du tribunal militaire de Tokyo

    Ils sont accusés de "crimes de guerre" et de "crimes contre l'Humanité". Les faits sur lesquels reposent l'accusation remontent à 1928 (conflit frontalier avec l'U.R.S.S. et utilisation de gaz chimiques contre la Chine).
    La Cour se compose de onze Juges Militaires d'Australie, du Canada, de Chine, de France (H. Reimburger (remplacé ensuite par H. Bernard) et Robert Oneto est procureur-adjoint français), du Royaume-Uni, d'Inde, des Pays-Bas, des Philippines, de Nouvelle-Zélande, d'Union Soviétique et des États-Unis.
    Parmi les accusés, se trouvent l'ancien Président du Conseil japonais, Hideki Tojo, l'ancien Ministre des Affaires Étrangères Shigenori Togo et l'Ambassadeur du Japon en poste à Berlin pendant la guerre, le lieutenant-général Hiroshi Oshima.

    Outre les nombreuses poursuites pour crime de guerre, une vaste épuration frappe plus de 200 000 personnes, dont 180 000 militaires, écartées de la vie publique.



    28 JUILLET 1946 :
    Un Édit Impérial dissout les Zaïbatsu, trusts japonais.

    2 NOVEMBRE 1946 :
    La Constitution, inspirée du modèle britannique est approuvée par le Parlement.
    Le Japon s'engage à n'entretenir "aucune force terrestre, maritime ni aérienne, aussi bien que nul autre potentiel de guerre". Lors du développement de la guerre froide, le Japon est encouragé à développer ses "forces de police" qui deviennent en juillet 1950 une petite armée embryonnaire.
    Un bloc-feuillet représentant des extraits de la Constitution commémore son entrée en vigueur (Y&T Japon BF 14).

    BF Constitution
    Bloc feuillet avec des extraits de la nouvelle Constitution.



    Insigne du BCOF

    LES «BRITISH COMMONWEALTH OCCUPATION FORCES» (B.C.O.F.)

    Les forces du Commonwealth (Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande et Inde (ces dernières jusqu'à l'Indépendance en 1947)) au Japon étaient, comme les autres soldats d'occupation, pourvus d'une monnaie militaire spéciale utilisable uniquement sur place pour leur besoins courants.

    Monnaie militaire
    monnaie militaire verso
    Monnaie d'occupation utilisée par les forces alliées au Japon

    Billet militaire

    Le courrier des militaires australiens (notamment les surtaxes avion, recommandation...) devait être affranchi en timbres australiens vendus dans les bureaux de la poste militaire australienne au Japon et payable en monnaie d'occupation.
    Beaucoup de soldats australiens utilisaient leurs économies (et éventuellement, le solde d'un marché noir très fréquent à cette époque) dans cette « monnaie d'occupation » pour acheter dans les bureaux de la poste militaire australienne au Japon des feuilles entières de timbres australiens qu'ils envoyaient en Australie où il était possible de les revendre officiellement à la Poste moins une petite commission de 5%.
    Ce trafic, à grande échelle, lésait le Trésor Australien. Il fut donc décidé de ne vendre au Japon que des timbres surchargés utilisables uniquement pour le courrier envoyé du Japon et par conséquent qui n'étaient pas échangeables en Australie.
    Un premier essai de surcharge fut fait avec trois valeurs (1/2p, 1p et 3p) prêtes à être émise le 12/10/46 mais les autorisations légales n'ayant pas été obtenues, l'émission réelle fut reportée au 8/5/47 où quatre valeurs supplémentaires furent ajoutées (6p, 1sh, 2sh, 5sh).
    Ces timbres n'étant pas vendus dans les postes en dehors du Japon, les soldats australiens trouvèrent un autre moyen d'arrondir leurs fins de mois en vendant ces timbres (et de nombreuses variétés) aux collectionneurs hors du Japon.
    Les autorités militaires australiennes décidèrent alors de limiter l'achat à 5 shillings par jour et par personne maximum....
    Ces timbres cessèrent d'être valables le 12 février 1949.

    C'étaient des timbres australiens et malgré la surcharge "British Commonwealth..", ils ne furent utilisés que par les Australiens.

    Série complète
    série complète


    Les British Commonwealth Occupation Forces in Japan (BCOF Japan) ont utilisé différents services postaux, par exemple :

    Enveloppe Militaire britannique oblitérée RAFPOST JAPAN 1946
    verso
    Enveloppe en franchise de Service de la R.A.F. (Air Force (India) Form 1645), adressée du BCOF Japan à Londres, en franchise et oblitérée cachet double cercle à pont "= RAFPOST = / JAPAN / 26 APR. 46".


    Lettre recommandée du BCOF
    verso
    Lettre recommandée de l'APO australien 215 au Japon pour Melbourne, affranchie à 1/6 et oblitérée "AUST ARMY P.O. / —215—" 1/11/47, arrivée à Melbourne 7/11
    (cliché internet)

    Série BCOF sur lettre
    Lettre pour Victoria (Australie), affranchie avec la série complète de l'occupation des forces du Commonwealth Britannique au Japon (B.C.O.F.) (Y &T Japon Occupation Australienne N°1/7), avec oblitération "FIELD P.O. / -080-" 11/10/48.

    Lettre de la RAAF australienne au Japon
    Lettre de la Royal Air-Force australienne au Japon avec oblitération "A.P.O. No 30 / R.A.A.F. - JAPAN " 25/3/48 sur timbres des BCOF
    (cliché internet)

    Lettre Apo de Nouvelle Zelande au Jaon
    verso
    Lettre d'une unité néo-zélandaise à Eta Jima au Japon avec oblitération "NEW ZEALAND A.P.O. / 222" 18/4/46 sur timbres de Nouvelle Zélande
    (cliché internet)

    Référence : "An Introduction to the B.C.O.F. Overprinted Stamps of Australia" by Janet Klug published by the Collectors Club Philatelist, volume 90, N°3, May-June 2011




    LA REPRÉSENTATION FRANÇAISE AU JAPON
    1945 - 1951

    La France est représentée au Japon de 1946 à 1950 par le général Alexandre Pechkoff, Chef de la Mission Française dans les autorités d'occupation. Maurice Dejean lui succède de 1950 à 1952, date à partir de laquelle la France sera représentée par un Ambassadeur (M. Dejean jusqu'en 1953).
    Le courrier de la Mission française est affranchi en timbres américains et oblitéré d'un cachet d'A.P.O. US ou de l'US NAVY.
    Il est identifié par une mention manuscrite de l'expéditeur ou parfois par une griffe ou entête imprimé d'identification par exemple "French Mission in Japan / Consular Section in Kobe / Kobe Base APO 317 c/o P.M. / San Francisco Calif." et au verso, imprimé "REPUBLIQUE FRANCAISE / MISSION FRANÇAISE AU JAPON / SECTION CONSULAIRE" + cachet administratif déesse assise bleu "CONSULAT DE FRANCE * A KOBE *".


  • COURRIER PASSÉ PAR L'US NAVY



  • Lettre de la French Naval Mission
    Lettre d'un marin de la "French Naval Mission in Tokyo" à l'APO 500 sur le "Tonkinois" pour Courbevoie (Seine) affranchie à 18cts en timbres américains et oblitérée "U.S. NAVY 18766 BR" 12/11/46


  • COURRIER PASSÉ PAR UN A.P.O.


  • Il s'agit la plupart du temps de l'A.P.O. 500 situé à Tokyo, comme adresse de retour, ou éventuellement d'A.P.O. de grandes villes de province, l'oblitération variant selon l'implantation réelle de l'expéditeur.

    Frégate Croix de Lorraine
    Lettre d'un quartier-maître radio sur la frégate Croix de Lorraine ancrée à un ponton à Tokyo et faisant partie de la French Mission à Tokyo. oblitérée 1/4/47 par l'US APO 181 S.F. basée à Tokyo à partir de novembre 1945.

    French Mission Tokyo 1948
    Lettre d'un membre de la "French Mission" au Japon oblitération de l'APO 994 24/2/48

    lettre du consulat de France à Kobe
    verso
    Lettre de la section consulaire de la mission française au Japon oblitérée de l'APO 317 7/9/49






    LES ANCIENNES COLONIES ALLEMANDES DU PACIFIQUE,
    QUI ÉTAIENT SOUS MANDAT DU JAPON,
    SONT CONFIÉES AUX USA

    Micronésie ex-japonaise
    AVRIL 1922 :
    Les Îles du Pacifique sud (Micronésie : Truk, Palau, Saipan, Ponape, Jaluit et Yap), anciennes colonies allemandes depuis 1899, sont mises sous mandat japonais par la Société des Nations. Elles sont appelés officiellement « territoire sous mandat des îles du Pacifique Sud » et Nan'yo Cho en japonais .

    Ces îles utiliseront les timbres japonais jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale.

    Oblitération spéciale japonaise sur carte postale des "îles du Pacifique sud"
    Carte postale de Palau affranchie en timbres japonais avec oblitérations militaires commémoratives 16 février 1942 (Chute de Singapour) et 8/12/43 (2ème anniversaire de Pearl Harbor)

    27 MARS 1933 :
    Le Japon quitte la SDN et annexe purement et simplement ces îles.

    2 AVRIL 1947 :
    Les Nations Unies, après la défaite du Japon, confient aux U.S.A. la tutelle des îles du Pacifique sud. Les colons japonais sont alors expulsés de l'archipel.

    Désormais ces îles, qui utilisaient les timbres japonais, utiliseront les timbres des USA.

    Saipan timbre US Palau timbre US
    Oblitération de Saipan sur timbre US 1953 Oblitération de Palau sur timbre US 1947

    Pour la période 1919 à 1944, on se reportera à l'excellent article de François Chauvin "Les îles sous mandat japonais du Pacifique sud et Sakhaline, du tourisme à la guerre" dans Timbresmagazine No 229, janvier 2021



    22 JUILLET 1947 :
    L'U.R.S.S. décline l'invitation américaine à participer à une conférence sur le traité de paix avec le Japon.



    VERDICTS A TOKYO

    12 NOVEMBRE 1948 :
    La Cour Internationale de Justice Militaire de Tokyo reconnaît tous les gouvernements japonais depuis 1928 coupables d'avoir fomenté la guerre, les responsables militaires portent, quant à eux, la responsabilité effective de la guerre.
    H. Reimburger (remplacé ensuite par H. Bernard) est le juge français et Robert Oneto le procureur-adjoint français.
    L'ancien général et Président du Conseil Hideki Tojo et six autres accusés sont condamnés à mort. L'ancien Ambassadeur japonais à Berlin, Hiroshi Oshima est condamné avec quinze autres accusés à la réclusion à perpétuité.

    Général Tojo
    Général Tojo

    Le général Hideki Tojo et l'amiral Shigetaro Shimada figurent sur un bloc-feuillet du Togo émis en 1995 (Y&T Togo BF No 290).

    Bloc Tojo
    Le général Tojo, ex-premier ministre (en haut au centre) fut condamné à mort et exécuté. L'amiral Shigetaro Shimada, ex- ministre de la Marine (en bas à gauche) fut condamné à perpétuité.

    On peut s'interroger sur les motifs qui ont conduit le Togo à "célébrer" philatéliquement ces personnages.

    23 DÉCEMBRE 1948 :
    Exécution des condamnés à mort du procès de Tokyo.



    20 DÉCEMBRE 1949 :
    Le représentant soviétique quitte la salle des séances du Conseil Allié à Tokyo. A la même période, l'URSS ne participe plus au Conseil de Sécurité de l'ONU pour protester contre la représentation de la Chine par Taïwan et pas par la nouvelle République Populaire de Chine, communiste, nouvellement proclamée à Pékin.

    14 SEPTEMBRE 1950 :
    Le Président Truman autorise le Département d'État à entamer des négociations en vue d'un traité de Paix avec le Japon.

    7 MAI 1951 :
    L'U.R.S.S. demande aux U.S.A. que seuls les pays en guerre contre le Japon participent à l'élaboration des traités de Paix. La proposition est rejetée par les États-Unis.

    4 SEPTEMBRE 1951 :
    Ouverture de la Conférence de San-Francisco au sujet du Traité de Paix avec le Japon. Y participent notamment la Chine (représentée par Taïwan), l'U.R.S.S. et l'Indochine tandis que l'Inde a décliné l'invitation.



    TRAITÉ DE PAIX DE SAN-FRANCISCO
    ENTRE LE JAPON ET 48 PAYS

    50ème anniversaire du traite de San Francisco
    50ème anniversaire
    8 SEPTEMBRE 1951 :
    Signature par 48 pays mais ni par l'U.R.S.S., la Chine ou l'Inde, du Traité de San Francisco qui permet au Japon de retrouver son indépendance politique.
    Le Japon reconnaît l'indépendance de la Corée, renonce à Taïwan, aux îles Pescadores, aux îles Kouriles, à la partie sud de Sakhaline, à tout droit sur la zone antarctique et aux îles Spratleys et Paracels, et s'engage à offrir des compensations aux pays et aux victimes de son expansionnisme militaire.
    Seule la période entre le 7 décembre 1941 (date de l'attaque de Pearl Harbor) et le 2 septembre 1945 (date de la capitulation du Japon) est concernée par le traité, excluant ainsi les dix premières années de l'expansionnisme du Japon Shōwa, principalement au détriment de la Chine.
    Un pacte de sécurité est signé le même jour avec les États-Unis, qui garantit le maintien de bases et de troupes américaines dans l'archipel.
    Quarante-huit pays alliés de la Seconde Guerre mondiale signèrent ce document. Toutefois, d'importants pays, soit ne furent pas invités à la conférence (comme la République Populaire de Chine, que peu d'États occidentaux reconnaissent à l'époque), soit refusèrent d'y participer (Birmanie, Inde, Yougoslavie), soit refusèrent de signer le traité (URSS, Tchécoslovaquie, Pologne).
    Ce traité entrera en application le 28 avril 1952 et donnera l'indépendance au Japon, mettant ainsi fin à la période d'occupation qui durait depuis 1945.
    Deux timbres japonais représentant respectivement le drapeau nippon (8 ¥) et un chrysanthème (2 ¥ et 24 ¥) ont été émis à cette occasion (Y&T Japon No 485/87). Un cachet spécial avec Colombe de la Paix est connu avec date du calendrier japonais "26/9/10" (26ème année du règne de l'Empereur soit 1951).

    Traité de paix FDC

    Les feuilles portent en haut une inscription marginale en rapport.

    Demi-feuille Traité de Paix



    28 AVRIL 1952 :
    Suppression du S.C.A.P. permettant au Japon de retrouver sa pleine souveraineté.

    9 JUIN 1952 :
    Signature du Traité de Paix Inde-Japon.

    50ème anniversaire du traité de Paix entre l'Inde et le Japon
    Bloc-feuillet commémorant le cinquantième anniversaire.

    Traité de Paix Sino-Japonais
    Traité de Paix sino-japonais

    12 AOÛT 1978 :
    Signature d'un traité de Paix entre la République Populaire de Chine et le Japon.
    Plusieurs timbres de Chine ont commémoré la signature de ce traité ainsi qu'un bloc - feuillet du Japon.

    30ème anniversaire du traté sino-japonais
    30ème anniversaire du Traité de Paix sino-japonais


    Retour en tête de page


    Retour au sommaire de :

    "La Politique Française envers les Pays Vaincus"







    Bibliographie Historique
    Biblio historique
    Avoir toujours raison ...c'est un grand tort Edgar Faure Mémoires tome I Librairie Plon 1982.

    Chronique du Vingtième Siècle ouvrage collectif, Larousse-RTL 1985

    Histoire du Vingtième Siècle 1939-1953 par Serge Bernstein et Pierre Milza, Hatier 1985

    Affaires Extérieures, par Alfred Grosser, Flammarion 1984

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_San_Francisco#:~:text=Le%20trait%C3%A9%20de%20San%20Francisco,concernant%20les%20campagnes%20du%20Pacifique.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Occupation_du_Japon



    BIBLIOGRAPHIE PHILATÉLIQUE


    loupe et ouvrage philatélique OUVRAGES SPÉCIFIQUES

    "An Introduction to the B.C.O.F. Overprinted Stamps of Australia" by Janet Klug published by the Collectors Club Philatelist, volume 90, N°3, May-June 2011.



    ▲ ▲ Retour en tête de page  



    Retour au sommaire de :

    "La Politique Française envers les Pays Vaincus"




     



      © COPYRIGHT Jean Goanvic   Première mise en ligne du site : 24 janvier 2014  

    Le but de ce site étant de partager gratuitement les connaissances, toute reproduction partielle ou totale de ce site à des fins commerciales est interdite. Toute reproduction (très) partielle, à des fins d'information non commerciale, est autorisée à la condition expresse de mentionner la référence de ce site et d'en informer le webmaster.
    Les droits liés aux textes cités, à la numérotation indiquée dans les références et aux documents reproduits restent la propriété de leurs auteurs et propriétaires.

    The purpose of this website being to share freely information, reproducing part or the whole of the content of this website for business purposes is prohibited. Any (very) partial reproduction for non-commercial information purpose is allowed provided that the webmaster is informed and the URL of this site is quoted.
    The rights related to the quotations, to the numbering systems referred to and to the scanned documents remain the property of their authors and owners.